FAQAccueilS'enregistrerMembresConnexionRechercherGroupes

Partagez | 
 

 Résumé des moeurs des années 40

Aller en bas 
AuteurMessage
LaPensine
Admin
avatar

Nombre de messages : 76
Age : 118
Date d'inscription : 24/10/2007

MessageSujet: Résumé des moeurs des années 40   Lun 29 Oct - 15:05

1) Sexualité, femmes et mini jupes

Comme toutes les sociétés d'Europe, la Grande Bretagne est loin d'être aussi ouverte à l'époque qu'elle l'est de nos jours. Et comme partout, il existe un sujet en particulier qu'on étale pas dans la rue : la sexualité.

Tout d'abord, les vêtements révélateurs sont l'apanage des prostituées. Et quand on dit "révélateur", on pense "décolleté" et "jupe un peu trop fendues". La mini jupe n'existe pas (elle sera inventée en 1962), le débardeur non plus. Autrement dit, une fille de bonne famille ou ne voulant pas passer pour une fille de joie doit être couverte.
On entre pas dans une église avec les épaules à l'air : c'est assez révélateur de la "tenue correcte" de l'époque.

Ensuite, le flirt. Il n'est bien sûr pas interdit de se tenir la main ou de s'embrasser en public, mais il est toujours convenu qu'une fille doit être vierge lors de son mariage, et ce pour une raison bien simple : la contraception n'est pas populaire, voire interdite dans certains pays, et on ne veut pas risquer qu'une jeune femme tombe enceinte. Les enfants nés hors mariage sont mal considérés et leur mère pire encore.
A Poudlard comme ailleurs, les filles doivent donc se tenir à l'écart des garçons. Le flirt est toléré entre fiancés mais pas plus. La maxime de l'époque est : évitons le scandale !

Enfin, les "déviances sexuelles" (homosexualité, sadomasochisme, échangisme) sont plus que mal vues. Il règne encore une forte intolérance, chez les sorciers comme chez les moldus, une homophobie omniprésente complétant le tout.


2) A la guerre !


La seconde guerre mondiale est là, changeant les habitudes et les façon d'être.

Elle commence par provoquer un début d'émancipation des femmes : elles travaillent dans certaines usines d'armement, dans l'agriculture. La princesse d'Angleterre elle même (la future Elisabeth II) conduit des camions, les femmes peuvent voter depuis 1918. Ce sont les prémices du féminisme anglais qui, chez les sorciers, trouve écho chez la Ministre Astraea Selwyn, qui prône une plus grand présence féminine au ministère.

La population anglais s'est également habituée aux privations. Le pays tout entier est tourné vers la résistance à l'ennemi, le patriotisme est partout. En ville, on transforme les jardins en potagers, dans les campagnes, c'est un retour au champs. Dans les familles, on est économe et le gaspillage est très mal vu. La nourriture coûte cher, de même que le tissu et les denrées du quotidien : c'est donc une période économique difficile et les comportements s'y accordent.

Autrement dit : A Poudlard comme ailleurs, les élèves sont conscients de la difficulté de mener une vie correcte en temps de guerre. On est donc économe, on finit son assiette et on encourage son pays à gagner, même si c'est juste en pensée. Le pacifisme n'est pas à la mode, on est germanophobe et il ne fait pas bon trop critiquer le pouvoir en place, que ce soit Churchill ou Selwyn.


3) Moldus ? Magie Noire ? Beurk !

La Seconde Guerre mondiale a un effet néfaste sur la société sorcière : elle a tendance à provoquer un nouveau rejet des moldus qui, dans l'intellect collectif, deviennent synonyme de bombes et de tueries. Les droits des enfants de moldus, en évolution lors de la dernière décénnie, sont en passe de connaître un nouveau recul.

Parmi les sorciers eux même, on est désormais très méfiant de tout ce qui peut compter parmi les "arts sombres". Cela n'empêche pas certains grand Aurors de matraquer allègrement à grand coup d'Avada les troupes ennemies, sans qu'on leur en tienne rigueur, mais à Poudlard, il est mal vu de porter trop d'intérêt aux livres étiquettés comme "noirs".

Certains élèves, cependant, se comportent tout à fait différement : ils affichent clairement leur attrait pour les idéaux de Grindelwald, dénigrent systématiquement les moldus et les sang de bourbe. Les leaders de ce groupe sont surtout des sang purs dont les familles sont des sympathisants du Mage Noir.
Exemples d'élèves concernés : Walburga Black, Angus Lestrange.

Note importante : Tom Riddle n'est pas considéré comme un pro Grindelwald. Il ne fait pas partie de ce groupe, les fréquente mais pas assez pour être suspect. Quant à Abraxas Malfoy, il est tout à fait contre ce comportement et se montre loyal envers Selwyn malgré quelques doutes à son égard. Merci de le prendre en compte.


4) Religion et sorciers

Les sorciers sont, pour la plupart, beaucoup moins attirés par la religion que les moldus. Les sang-pur sont généralement complètement athés, à l'exception de quelques rares familles aux origines protestantes ou restées proches de la couronne anglaise. Depuis l'Inquisition, le monde sorcier boude le catholicisme, et seuls les St-Just montraient quelques discrets signes d'appartenance à cette confession (toutefois, Deneb serait protestant et non catholique).

La grande majorité des sorciers croyants sont soit des enfants de moldu (avec un ou deux parents), soit des sang mêlés dont les parents eux même l'avaient hérité d'une ascendance moldue. Les autres sorciers sont en général assez peu tolérant à l'encontre de ces pratiques et ceux qui ne sont pas athés ou déistes ne l'affichent pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Résumé des moeurs des années 40
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Chambre Noire :: Encyclo :: Backgound général-
Sauter vers: