FAQAccueilS'enregistrerMembresConnexionRechercherGroupes

Partagez | 
 

 Ô douce France...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Deneb de St-Just
°0°Professeur d'Histoire de la Magie°0°
°0°Directeur des Poufsouffle°0°

°0°Professeur d'Histoire de la Magie°0°°0°Directeur des Poufsouffle°0°
avatar

Nombre de messages : 29
Age : 47
Date d'inscription : 06/09/2007

MessageSujet: Ô douce France...   Jeu 1 Nov - 23:20

2 Août 1941, début d'après midi

Keridec, Keridec, se devait être quelque part par là. Voilà ce que murmurait un blond bonhomme quelque peu déplacé au milieu du service des Aurors. A quoi il ressemblait, déjà ? Le petiot devait avoir dans les neuf, dix ans lorsque Deneb l'avait rencontré. Un cousin éloigné, français et noble, donc de facto plus ou moins parent de St-Just (y'avait pas trente six mille familles françaises ET sorcières ET nobles dans cette partie de l'Europe), qu'il n'avait dû rencontrer que deux ou trois fois, au début de son voyage post-Poudlard.

Autant dire, donc, que ce charmant professeur qu'était Deneb était dans la mouise pour trouver son cousin au quatrième degré. Un peu plus et il aurait décidé de se trouver un autre Auror français pour avoir des nouvelles potentiellement top secrètes de sa patrie adorée. Mais un Poufsouffle ne renonce pas ! Jamais ! Aussi, muni de son petit papier et d'une photo d'un Elliot de neuf ans (il n'avait rien de plus récent), St-Just alla-t-il fureter un peu plus loin, jusqu'au bureau d'un certain Edito, Chef de Service.

Ledit Edito l'envoya à l'autre bout de l'étage avec un air Ô combien ennuyé. Comme si ça pouvait déranger Deneb, qui passait l'année à fréquenter l'autre ronchon faussement courageux de Dumbledore !

Et c'est ainsi que le blond toqua contre la cloison du bureau de l'ex français (quelle idée de mettre des boxs à la place de vraies pièces ! Pff, on voulait être moderne mais on était surtout ridicules...), un grand sourire aux lèvres et prêt à cuisiner l'autre. Poufsouffle jusqu'au bout, il poursuivrait Keridec jusqu'à Berlin s'il le fallait !

_________________
"Je le vis, je rougis, je pâlis à sa vue ;
Un trouble s'éleva dans mon âme éperdue ;
Mes yeux ne voyaient plus, je ne pouvais parler :
Je sentis tout mon corps et transir et brûler."

Phèdre, Acte I, scène 3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elliot de Keridec
°0°Auror°0°
°0°Capitaine°0°

°0°Auror°0°°0°Capitaine°0°
avatar

Nombre de messages : 7
Age : 38
Date d'inscription : 23/10/2007

MessageSujet: Re: Ô douce France...   Jeu 1 Nov - 23:46

Oooh pas besoin d'aller jusqu'à Berlin pour trouver le français -ex-français était trop douloureux - puisque ce dernier ne partait du ministère que lorsque cela devenait absolument nécessaire.
En gros quand le service de nettoyage magique le mettait dehors, qu'il avait faim, ou, comme c'était le cas ce soir, il était attendu en France...

Ainsi lorsque Deneb, armé de sa photo dépassée et de sa détermination surhumaine se pointa devant son box, lui en sortait et manqua percuter son parent au 4ème degré. (Quelle idée aussi de venir lui rendre visite?!)

Le sorcier réagit instinctivement à cette menace. Il attrapa la main droite de son visiteur pour l'empêcher de tirer sa baguette et dans un même mouvement fluide, sortit la sienne et la lui pointa sous le nez, les sourcils froncés et le regard menaçant.

Un peu plus et l'Auror grondait.

"Que voulez-vous et que faites-vous ici?"
lança-t-il d'une voix sourde au fort accent français.

Une belle entrée en matière pour le directeur des Poufsouffles!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deneb de St-Just
°0°Professeur d'Histoire de la Magie°0°
°0°Directeur des Poufsouffle°0°

°0°Professeur d'Histoire de la Magie°0°°0°Directeur des Poufsouffle°0°
avatar

Nombre de messages : 29
Age : 47
Date d'inscription : 06/09/2007

MessageSujet: Re: Ô douce France...   Ven 2 Nov - 0:16

"Si ce sont des manières pour accueillir un cousin !" répondit Deneb en français. Avec un accent anglais, certes, mais moins présent que celui d'Elliot lorsqu'il parlait dans la langue de Shakespeare.

Le Poufsouffle n'avait pas quitté son Super Sourire (oui, celui qui faisait trembler les genoux des filles de Poudlard), malgré la baguette contre son menton, malgré la main contre sa main, malgré le ton passablement grossier de l'autre. Je vous l'ai dis, quand on fréquentait l'autre goujat de Dumbledore, on s'habituait à tout.

"Je suis Deneb de St-Just, ton cousin par ta mère. Remarques, tu ne dois plus te rappeller, t'étais beaucoup plus petit à l'époque,"
lui rappella le professeur en mesurant approximativement la taille du gosse à l'époque, sa main gauche se stabilisant... pas très haut. Et certainement plus bas qu'il ne l'aurait fallut.

"Tu permets que j'entre ?"
demanda le sorcier en se dégageant. Il n'attendit pas l'autorisation d'Elliot et s'installa d'office sur la seule chaise disponible.
Les aînés d'abord, comme on disait.

"Bonjour, au fait."


Quel manque de politesse, vraiment... ces jeunes français, on ne les éduquait plus correctement ! Est-ce qu'il était patriote, au moins, le gamin ? Manquerait plus qu'un traitre à sa nation !

[Italique = français]

_________________
"Je le vis, je rougis, je pâlis à sa vue ;
Un trouble s'éleva dans mon âme éperdue ;
Mes yeux ne voyaient plus, je ne pouvais parler :
Je sentis tout mon corps et transir et brûler."

Phèdre, Acte I, scène 3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ô douce France...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ô douce France...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [BAL] Douce tromperie (PV Marie-Anne et Marine)
» Douce Missive... [Shaelyss]
» Une douce nuit sous le Balcon [Terminé]
» Douce amertume ~Irina et Lorelei~
» Quand tu tiens même plus sur tes pattes. [PV Douce Plume]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: En dehors de Poudlard :: Londres :: Ministère de la Magie-
Sauter vers: