FAQAccueilS'enregistrerMembresConnexionRechercherGroupes

Partagez | 
 

 Eleanor Mina Dorian Harker, élève en 5e année

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eleanor Harker
°0°5ème Année°0°

°0°5ème Année°0°
avatar

Nombre de messages : 39
Age : 29
Message Personnel : Ubique Recta
Date d'inscription : 08/12/2007

MessageSujet: Eleanor Mina Dorian Harker, élève en 5e année   Lun 10 Déc - 12:57

Généralité

Nom/Prénom (complet, mettre le prénom usuel en premier) : Eleanor Mina Dorian Harker

Age (11, 13, 15 ou 17 ans) : 15 ans

Date de naissance : 31 octobre 1924

Description physique (au moins 7 lignes rédigées ) :
Eleanor est de ses jeunes filles qui ne sont ni conscientes de leur potentiel de beauté, ni réellement consciente qu'elles pourraient l'exploiter. Pourtant ni le visage, ni le corps de la jeune femme ne manquent d'attraits. Ses cheveux auburn coupés courts se mêlent et s'entremêlent sans soucis d'ordre ni de discipline, venant régulièrement lui chatouiller le nez ce qui ne semble pas la déranger outre mesure et qui accentue il faut bien l'avouer le côté sauvage qu'elle peut parfois dégager. Les traits de son visage sont fins dessinés aux pinceau d’une main de maître où brillent de malice et de curiosité deux yeux verts qui scrutent sans cesse et observent le monde qui les entoure. L’uniforme passé à la va vite, souvent discrètement taché, il n’est pas rare que les professeurs doivent lui rappeler de remettre sa mise correctement.
Sans être plantureuse, la jeune femme ne manque pas de formes, la taille très fine, elle a cependant des hanches plutôt larges et une poitrine qui ne laisse pas à désirer qu’elle trouve cependant peu pratique et disproportionnée, ce qui bien entendu n’est que le point vue de l’adolescente. Elle a pour habitude de se déplacer dans un silence qui donne à sa démarche plus un pas félin ou de danseuse, qu’une démarche cadencée d’élève au pas, ou nonchalant de certains autres.

Caractère (au moins 7 lignes rédigées) :
On ne peut pas dire que la jeune femme soit d’un naturel expansif et démonstratif, sans être non plus de ces passes murailles qu’on voit longer les murs ou plutôt qu’on aperçoit parce que s’ils pouvaient se fondre avec la pierre, ils le feraient. En fait Eleanor ne semble pas se soucier de ce que l’on pense d’elle, en mal en tout cas, parce qu’en bien cela fait toujours plaisir il faut bien l’avouer. Elle a une capacité exceptionnelle pour avoir l’air placide au moindre reproche, sans avoir l’air provocatrice lorsqu’il sagit d’un professeur elle se contente de se taire, de hocher de la tête ou de dire oui professeur en attendant que l’orage passe. Non qu’elle n’écoute pas, mais qu’elle considère à tord ou à raison que ce sera toujours l’occasion de faire mieux la prochaine fois… Ou de ne pas se faire prendre au choix.
Elle fait difficilement confiance et se lie rarement d’amitié mais lorsque c’est fait, elle irait jusqu’en enfer pour cette ou ces personnes, pour qui elle a une loyauté sans faille. Si l’on prend la peine de s’intéresse à elle, elle a le rire facile et est d’une nature plutôt enjouée même si elle est plutôt du genre à rire des plaisanteries qu’à les faire, par contre dans le cas où on viendrait lui chercher des ennuis, elle se contente de sourire légèrement carnassière avec un haussement de sourcil puis de tourner des talons. Les imbéciles ne valent pas la peine que l’on reste à proximité d’eux, leur répondre ne vaut pas la peine. Jusqu’à une certaine limite du moins où l’agression ne serait pas que verbale, ou qu’elle toucherait là où cela blesse vraiment et là, elle n’aurait aucun scrupule à se défendre voir à répliquer a égale violence. Et si on ne touche pas à un sujet, c’est bien son moldu de père, pour qui elle avait beaucoup d’admiration et dont elle chérit un souvenir ému.
Eleanor a un don certain pour se trouver au mauvais endroit au mauvais moment, pour le moment, elle a eu la chance de toujours s’en sortir sans une égratignure… Espérons pour elle que cela dure.


Origine (au moins 2 lignes rédigées. Parlez de votre sang, de votre rang et de ce qui peut vous démarquer de vos camarades dans votre éducation) :
De père moldu (Jonathan Harker) décédé aujourd‘hui, de mère sorcière (Mina Sophia de Mornington). Elle vécu une enfance un peu farfelue son père étant un original écrivain, rêveur au sens aigu du devoir et de la loyauté, sa mère une sorcière on ne peut plus normale. Elle fut donc élevée à coup de contes de fée et d’histoire de chevalerie.

Qui êtes-vous ?

Animagus (si vous étiez un animagus, vous seriez ? NE VEUX PAS DIRE QUE VOUS EN SEREZ UN)
Canis lupus machenzii (ou loup de la toundra au pelage blanc)

Patronus (si vous aviez un patronus, ce serait ? NE VEUX PAS DIRE QUE VOUS MAITRISEZ CE SORT)
Une corneille aux pattes or et aux yeux rouges

Epouvantard :
Le cadavre de son père marchant vers elle pour la prendre dans ses bras

Votre baguette :
29,2cmn, Bois d'If et ventricule d’Antipodean Opaleye (dragon)


Dernière édition par le Lun 10 Déc - 13:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://angara.frbb.net
Eleanor Harker
°0°5ème Année°0°

°0°5ème Année°0°
avatar

Nombre de messages : 39
Age : 29
Message Personnel : Ubique Recta
Date d'inscription : 08/12/2007

MessageSujet: Re: Eleanor Mina Dorian Harker, élève en 5e année   Lun 10 Déc - 12:58

Histoire (au moins 20 lignes rédigées, à la première ou troisième personne au choix mais pas les deux.)
Eleanor est née dans une petite maison au 13rd Myrdie St à Londres, dans le sombre quartier de Whitechapel. Son père écrivain travaillait pour un quotidien nommé le Journal du Petitpeuple et sa mère tient une herboristerie entre le chemin de traverse et l'allée des embrumes appellé "Rosa Magisteri".

1er novembre 1933, environ minuit, Londres,
Hier, c’était mon anniversaire! Et maman à fait un grand repas rien que pour moi! Y avait un roti, des pommes de terres, et même une soupe de potiron, qu’on a vidé et dans lequel on a mis une bougie pour le Samhain. Même papa était là, pourtant en ce moment il a beaucoup de travail au journal et ce n’est pas facile pour lui de se libérer. Il m’a offert ce journal, tout en cuir maron avec des dorures dorées, il y a même écrit mon nom dessus en jolies gravures. Je suis très très fière d’avoir mon propre carnet comme papa, je vais pouvoir écrire plein de choses dessus et plus tard quand je serais grande je serais comme lui un grand écrivain et je raconterait caché dans mes histoires tout ce que maman m’a raconté. J’espère que je serais aussi un peu comme maman, elle dit que bientôt je saurais si j’ai des pouvoirs comme elle et si je pourrais aller à l’école des sorciers… Papa dit qu’il n’y a aucun doute, que je suis née le jour de Samhain et que la corneille qui plane ce jour la entre le monde des morts et celui des vivants veille sur moi. J’adore cette histoire!

22 novembre 1933, fin d‘après midi, Londres,
Je suis tombée du toit! Et je me suis même pas fait mal! Il y avait un chaton perché sur le rebord de la fenêtre, j’ai voulu aller le chercher mais il a fait un écart et je suis tombée. J’ai entendu papa hurler le nom de ma mère pour qu’elle fasse quelque chose mais elle était trop loin. Le temps d’avoir peur et j’étais assise par terre sans une égratignure! Je ne sais même pas comment j’ai fais ça mais maman dit que c’est le signe que je pourrais peut-être devenir sorcière comme elle!

19 août 1934, Londres,
Aujourd’hui j’ai rencontré pour la première fois mes grands parents… Ceux du côté de maman… Plus de quinze ans maintenant qu’ils n’avaient pas voulu la voir parce qu’ils n’aimaient pas mon père. Je ne comprends pas bien pourquoi… Papa est un homme bien, un écrivain de talent, bon c’est vrai qu’il n’est pas toujours payé à sa juste valeur mais avec le travail de maman en général on s’en sort bien… On a mangé dans notre assiette, un toit au dessus de notre tête. La maison ne parait pas grande comme ça mais elle recèle plus de secret qu’elle ne le parait, dans le grenier il y a quelques tableau qui ont a raconter de fabuleuses histoires et j’aime les écouter… Et puis il y a les romans de papa dans la grande bibliothèque, des livres jusqu’au et de temps en temps quelques uns semblent doués de conscience et même si je ne suis pas encore assez grande pour les atteindre parfois maman m’en montre quelques uns…
Mais j’oublis mon principal sujet. Arthur et Doris de Mornington… Tous deux sorciers… Ils se sont rencontrés à Poudlard d’après ce qu’à dit maman et ont tous deux au moins un de leur parents moldus. Je dois dire que je ne les aime pas beaucoup, ils ont mis leur nez partout avec une mimique supérieure comme celle des filles de l’école privée en face de la mienne. Ils ont même dit que papa était un bon à rien sans ambition… Je me suis fait gronder parce que ma grand-mère a commencé a avoir de la mousse dans la bouche comme si elle avait du savon… Et bah bien fait. Ça lui apprendra!

31 octobre 1934, Londres
Il ne viendra pas… Nous avons fini par dîner avec maman mais je n’avais pas faim… Il avait promis qu’il serait là pour mes dix ans. J’ai peur qu’il lui soit arrivé quelque chose parce qu’il tient toujours ses promesses… La parole donnée ne saurait être reprendre… « Chaque promesse non tenue est une nuée sans pluie, une épée sans fil, un arbre sans fruits… » Il a du arriver quelque chose.

12 février 1935, Londres
Papa s’est encore mis dans le pétrin… Maman ne voulait pas que j’écoute mais j’ai bien compris pourquoi les deux hommes étaient là et ce n’était pas pour lui offrir une promotion… Ils disent que s’il continue à vouloir publier son papier, il pourrait bien avoir un accident… C’est à eux que je ferais bien avoir un accident… Ils ne peuvent pas faire du mal à mon père parce qu’il a voulu dire la vérité… Dans quelques temps, son livre de contes sera fini et nous pourrons devenir riche! Les gens ont besoin de rêver dans des heures sombres comme le temps dans lequel nous vivons. Qu’ils soient moldus ou sorciers… Au final les adultes sont pareils… Passé un certain age des populations se créent… Les gris, ceux qui ne seront à jamais normaux, capable du meilleur comme du pire, qu’eux même ne soupçonneraient pas. Les poètes et les rêveurs, qui imaginent et espèrent un monde meilleur, chantent beaucoup pour lui et parfois se battent aussi… Les déçus et les malheureux, qui n’attendent plus rien du monde dans lequel ils vivent et parfois en garde une rancœur si profonde qu’ils veulent se venger contre lui plutôt que d’essayer de le rendre meilleur… Mais la noirceur n’a jamais appelé autre chose que la noirceur… Et bien d’autres encore… Mais ce serait trop long de les citer, bien sur les gens ne passent pas toute une vie dans la même caste, ils vont et viennent comme on change de maison. […]

23 mai 1936, Londres,
J’ai reçut la lettre! Houra je ne l’espérais plus! A la prochaine rentrée je rejoins Poudlard, il y a de nombreuses courses à faire et maman a dit que je pourrais profiter un peu de l’argent qu’elle met de côté en perspective de mes études pour avoir tout ce qu’il me faut mais que je dois faire attention à ne pas être un panier percé. J’ai hâte d’y être! Papa dit qu’il voudrait bien nous accompagner mais il a du travail… Il a l’air soucieux. Je n’aime pas le voir ainsi… Il n’est pas fait pour évoluer dans le monde dans lequel il vit… Mon papa ménestrel…

2 juin 1936, Londres,
Ça y est! Normalement j’ai tout ce qu’il me faut! Mes livres, mon matériel, ma baguette et une chouette! D’abord on est allé chez Ollivander, j’étais angoissée à l’idée que je ne puisse pas trouver une baguette qui me convienne, maman m’avait raconté que c’était la baguette qui choisissait son propriétaire. Mais finalement tout s’est bien passé 29,2cmn en bois d'If et ventricule de dragon. Un Antipodean Opaleye, il parait que c’est un dragon qui vit dans les plaines et probablement la plus belle espèce de dragon entre toutes avec des écailles irisées. Je me demande si j’en rencontrerait un jour… Il parait qu’il ne sont pas agressifs. Mais ma plus grande surprise ça à été Aillin, une chouette à joues blanches. Nous sommes passées plusieurs fois devant et plus je la regardais plus je savais que si jamais un jour je devais avoir un compagnon animal ce serait elle. Nous en avons parlé un moment avec maman puis elle a discuté avec le vendeur, en fait il n’a pas fallu qu’ils parlent longtemps car on s’est plu tout de suite! Elle a les plumes douces, elle est très intelligente, je sens qu’on s’aime déjà beaucoup! D’ailleurs il faut que j’aille m’en occuper.

1er septembre 1936, Londres,
Je n’arrive pas à dormir! Dans quelques heures je prends le train pour Poudlard! J’ai tellement hâte! Aillin aussi s’agite, elle ressent ma nervosité, j’espère que tout se passera bien! Papa a pu se libérer pour m’accompagner, je suis tellement heureuse! Bon il faut absolument que j’essaie de dormir, je n’ai pas envie d’avoir l’air d’un épouvantard pour mon premier jour!

1er septembre 1936, Poudlard,
C’est… magique! Je ne vois pas d’autres mots! C’est tellement mieux que ce que j’avais imaginé! Je sens que je ne vais pas m’ennuyer même si tout est nouveau, de nouvelles règles, de nouveaux visages. Mais c’est l’occasion de prendre un nouveau départ, tant mieux, je suis sure que ça va bien se passer!

31 octobre 1936, Poudlard,
Et voila, mon premier anniversaire à Poudlard! Aillin m’a apporté le cadeau de papa et maman, son premier manuscrit! Ils m’avaient caché qu’ils avaient trouvé un éditeur! Ça s’appelle « Voyage en Faery » par Jonathan Harker, je suis très très fière. Je savais que ça arriverait. Je me rends compte que je n’ai pas eu le temps d’écrire depuis le début de l’année. Promis je rattraperait mon retard pendant les vacances de Noël quand je retournerais à la maison.

22 décembre 1936, Londres
La corneille… Elle est là posée… Nous nous observons… Où était-elle pour veiller sur mon père alors qu’il croyait en elle? Pourquoi elle ne l’a pas protègé quand ils sont venus le tuer! Pourquoi je n’ai rien pu faire! Quand je suis rentrée, il était là… Je vois encore ses yeux, son sourire qui se voulait rassurant… Ce ne sont pas tes rêves qui t’auront sauvé… Ce ne seront pas eux qui t’auront protégé… Si ce maudit oiseau ne m’avait pas attaqué sans raison j’aurai pu arriver à temps… J’aurai pu faire quelque chose… N’importe quoi… Quelque chose… J’aurai pu le sauver j’en suis sure! Ce n’est pas juste! Si la corneille ne m’avait pas fait perdre quelques précieuses secondes j’aurai pu le sauver! Je les détestes! Tous! Je les hais! Foutaises! Les contes, les chevaliers, l’honneur, vivre pour ses rêves ça ne mène à rien d’autre que la mort! Tu avais promis! Promis que tu serais là pour noël! Promis qu’on ferais le sapin ensemble! Promis que tu me ferais lire tes nouvelles histoires! Et comment les tiendras-tu ces promesses maintenant papa! Il n’y aura plus de noël! Plus d’histoires! Plus jamais! Je te déteste!

29 août 1941, Londres,
Les sirènes retentissent encore… Je ne suis pas sure de m’habituer un jour à leur bruit et surtout à la peur qu’un hasard malheureux détruise le peu qu’il me reste encore ici… J’ai mis les volumes que papa préférait à la cave, j’espère qu’elle au moins ne sera pas détruite s’il advenait que le reste de la maison le soit. Malgré tout… Malgré la guerre à notre porte, la faim, la sueur, la fumée et le sang, cette maison semble encore habitée par quelque chose de plus grand. Il y a du rêve qui plane encore. Et je ne parle pas de la magie qui depuis le départ de papa s’est fait plus présente. Grand-mère et grand-père auraient bien voulu que nous allions les rejoindre dans leur propriété de Mornington mais ni maman ni moi n’avions envie de laisser la maison…
Je relis ces quelques pages que j’avais enfoui sous une latte du planché et je crois que ce sont-elles qui font naître ces nostalgiques pensées. Je pensais bien l’avoir brûlé dans un moment de colère, je suis heureuse de ne pas l’avoir fait. Quelques années ont passé depuis le jour de la mort de papa, le monde à changé, j’ai changé… Il est inutile de se battre contre ce qu’on ne peut changer et à la réflexion je ne pourrais que remercier l’oiseau qui ce jour là m’empêcha d’intervenir, car malgré toute ma vindicte… Je doute que j’aurai pu y faire quoi que ce soit à par me faire tuer moi-même et je doute que ça aurait été ce que mon père aurait voulu. Elle est revenue souvent après cela… Je me dis souvent que c’est moi qui voit des présages là où il n’y a que des coïncidences, mais j’ai l’impression que depuis ce jour elle veille sur moi. Je me souviens des contes que mon père me racontait, à propos de la vie, de la mort et de la corneille qui en gardait le seuil et veillait sur ceux qu’elle avait décidé d’épargner pour le moment. Une vie pour une vie… Peut-être était ce la mienne qu’on échangea ce jour là… Cela ferait un joli conte à écrire.
On a arrêté les assassins de mon père quelques mois après pour trafic d’armes, je me suis souvent demandé ce que je ferais si jamais je les avais aujourd’hui en face de moi. Et pour être honnête, je l’ignore encore… Je pense que papa dans son grand esprit chevaleresque aurait dit qu’une bonne correction et une grâce magnanime aurait été digne de moi. Mais je ne suis pas mon père, même si je pense qu’il avait raison sur de nombreux points, on ne peut pas changer la plus part des imbéciles mais c’est être aussi stupides qu’eux que de s’abaisser à prêter attention à leurs paroles. Mais c’est utopique de penser que les imbéciles savent s’arrêter face à la sagesse, généralement ça les empire… Alors un petit rappel qu’être sage c’est aussi savoir arrêter lorsque cela dépasse les bornes, ne fais pas de mal de temps en temps.
J’ai l’air passablement prétentieuse en écrivant cela et quelque part ça me fait beaucoup rire. Et pourtant ce n’est pas de la prétention, je ne prétends ni être chevaleresque, ni sage, juste à vouloir être une personne pouvant se regarder dans le miroir sans détourner les yeux. Vaste projet n’est-ce pas? J’ai toujours pensé que pour aller loin il fallait avoir de l’ambition.
Dans quelques jours, à nouveau, le Poudlard express m’emmènera vers Poudlard pour ce début de cinquième année. Les anciens visages à revoir, de nouveaux cours à apprendre et de nouvelles découvertes à faire. Seulement cette fois, j’espère bien pouvoir trouver un autre moyen d’accéder à la forêt interdite sans me faire prendre… Mes mollets cicatrisent à peine et je suis sure que les tableaux de l’aile Griffondor ont eu le temps de reprendre la poussière…
Je me suis achetée un nouveau balais et cette année j’espère me représenter dans l’équipe de Quidditch… Sans me faire recaler cette fois…
Il est temps de finir mes bagages… Ecrire un peu m’a fait le plus grand bien… Cela m’a permis d’oublier un peu que nous sommes en guerre… Que rêver quelques instants sert aussi à s’évader… Vivement Poudlard… Je n’en peux plus de Londres…


Dernière édition par le Sam 5 Jan - 19:20, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://angara.frbb.net
Eleanor Harker
°0°5ème Année°0°

°0°5ème Année°0°
avatar

Nombre de messages : 39
Age : 29
Message Personnel : Ubique Recta
Date d'inscription : 08/12/2007

MessageSujet: Re: Eleanor Mina Dorian Harker, élève en 5e année   Lun 10 Déc - 12:58

A Poudlard

Réputation : Plutôt connu ou solitaire (pas pour les persos en première année -> 2 lignes minimum. Peut aussi contenir votre histoire 'officielle' celle que tout le monde connaît. Dans ce cas la, le reste de votre histoire ne sera pas utilisée a moins que vous ne la divulguiez en jeu. )
Eleanor n’est pas particulièrement populaire, sans être rejetée, elle est tout de même un peu bizarre quoi, elle ne parle pas beaucoup, elle a toujours l’air de revenir d’une exploration on ne sait où et puis elle apparaît derrière les gens sans se faire annoncer ce qui a fortement tendance à faire sursauter. Mais comme ça n’a pas l’air d’être un mauvais bougre ça s’arrête là, elle est même plutôt sympas parfois.

Votre première manifestation de magie (pas avant 6 ans, seulement pour les premières années)

Vos notes en fin d'année et vos options (pour les troisième et cinquième années, voir la liste)
- histoire de la magie : Acceptable
- botanique : Acceptable
- enchantement : Effort Acceptable
- métamorphose: Optimal
- potion : Acceptable
- défense contre les forces du mal: Optimal
- astronomie: Piètre

Options
- étude des moldus: Effort Exceptionnel
- divination: Effort Exeptionnel
- soin aux créatures magiques: Optimal

Vos Buses, vos options et vos projets pour l'avenir (pour les dernières années. Vous pourrez décider de changer de vocation en court d'année mais seulement si vous jouez le changement d'avis et la progression de votre personnage. Voir la liste des options)
En réflexion…

Animal de compagnie (Crapaud, Chat ou Hibou seulement) Aillin, Sceloglaux albifacies - chouette à joues blanches ou ninoxe rieuse

Maisons par ordre de préférence (c'est le choixpeau qui choisit, tout le monde ne pourra pas être exaucé) : Griffondor, Serdaigle, Serpentard,Poufssoufle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://angara.frbb.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Eleanor Mina Dorian Harker, élève en 5e année   

Revenir en haut Aller en bas
 
Eleanor Mina Dorian Harker, élève en 5e année
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mina Harker
» Kaynan, Élève d'Émeraude
» Mauvaise journée... [PV Dorian!]
» le portrait de Dorian Gray
» Hope is Dead : Kira Takumi & Trouble VS Mina Luvia

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Chambre Noire :: Registre :: Fiches validées :: Elèves :: Gryffondors-
Sauter vers: