FAQAccueilS'enregistrerMembresConnexionRechercherGroupes

Partagez | 
 

 Cadfael Stark - 1ère Année

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cadfael Stark
°0°1ère Année°0°

°0°1ère Année°0°
avatar

Nombre de messages : 178
Age : 21
Message Personnel : Un jour je leur montrerais que moi aussi je sais me tenir comme un vrai sang pur !
Date d'inscription : 31/07/2007

MessageSujet: Cadfael Stark - 1ère Année   Sam 18 Aoû - 8:05

Généralité

Nom/Prénom (complet, mettre le prénom usuel en premier) : Stark (Gynn ap Nudd), Cadfael Jon William

Age (11, 13, 15 ou 17 ans) : 11 ans

Date de naissance : 22 Avril 1930

Description physique (au moins 7 lignes rédigées ) : Cadfael est un garçon de taille moyenne, voire petite. Il est plutôt large d'épaule mais sans ressembler à une armoire à glace. Ses traits sont fins, sa peau claire légèrement dorée ne change rarement quelque soit le temps. Ses cheveux sont blonds dorés l'été mais foncent en hiver jusqu'à devenir châtains clairs lorsque le soleil vient à manquer pendant trop longtemps. Il les porte mi-longs mais ne les laisse pas aller jusqu'à ses épaules. Sa belle-mère lui dit que ça lui donne l'air d'un voyou ce qui ne peut que plaire au jeune homme.

Son visage est plutôt fin mais on voit déjà apparaître un front plutôt grand, une mâchoire bien dessinée et un menton volontaire. Ses yeux, petits, en amande et assez enfoncés dans ses orbites sont franc, clairs et rieurs. Ils ont tendance à changer de couleur en fonction de l'humeur de leur propriétaire ou du temps qu'il fait dehors mais sont de toute façon d'une couleur si particulière qu'elle est difficile à définir. Une sorte de gris avec des reflets verts et dorés. Depuis qu'il a vu un morceau de ce métal, Cadfael dit qu'il a les yeux platine mais ce n'est qu'une comparaison un peu boiteuse. Enfin, il a un nez petit mais droit, une bouche fine et souriante et un visage tellement mobile qu'il lui est impossible de mentir, même s'il le voulait.

Caractère (au moins 10 lignes rédigées) : La principale caractéristique de Cadfael est sa franchise. Vous ne le verrez jamais mentir, revenir sur sa parole, trahir un ami ou un serment. Il est naturellement gentil et plein de bonne volonté mais incroyablement têtu, obstiné, buté, borné, tête de mule... (ou autre) ce qui l'empêche d'être ouvert. Il aime se faire ses propres idées et une fois qu'il en a une il n'en démord pas. Vous pouvez donc lui faire aveuglément confiance lorsqu'il s'agit de lui demander quelque chose qui ne le dérange pas mais vous aurez beaucoup de mal à le faire changer d'avis.

Une autre de ses caractéristiques principales est son impulsivité et son impatience qu'il met sur le compte de son sang moldu. Chez lui, pensée est soeur d'action. Si vous lui demandez de faire quelque chose, il ne faut pas s'étonner s'il vous plante là pour agir tout de suite sans faire attention à ce que vous auriez à ajouter. Il aime ou n'aime pas de façon très tranchée, sans chercher forcément à argumenter (mais comme il est intelligent, si vous le forcez à argumenter, il trouvera bien quelque chose pour retomber sur ses pieds), n'hésite pas à frapper lorsqu'il n'a pas d'arguments sauf ses amis ou les gens qu'il respecte. Il tape du pied, râle, boude, rit, joue, enfin bref manque singulièrement de retenu pour un rejeton d'une famille noble.

D'ailleurs Cadfael le sait et en souffre. Au fond de lui il n'aime pas du tout ce sang impur qui coule dans ses veines et l'empêche d'avoir autant de classe que sa belle-mère, son père, son frère ou sa soeur. Il idolâtre les sangs purs et pour peu que l'un deux le prenne sous son aile, il lui sera reconnaissant jusqu'à la mort. Contrairement à ce que l'on pourrait penser, il méprise les Sangs-de-Bourbe et ne s'intéresse que peu aux sang-mêlés (alors qu'il ne cache pas qu'il n'est qu'à 3/4 sorcier).

Sous ses airs de petits gars honnête et agréable (sauf avec les sangs de bourbe), Cadfael doute beaucoup de lui. Son statut de bâtard qu'on lui reprochait souvent au manoir, même s'il est né sous les liens du mariage et son quart de sang moldu sont, pense-t-il, responsable de tous ses malheurs. En fait, c'est un enfant qui idolâtre son père et ferait n'importe quoi pour gagner son affection tout en sachant très bien qu'il ne l'aura jamais. Il se cherche une place dans le monde qui sera un jour le sien (vu qu'il est l'aîné et l'héritier du titre), et essaie de toute ses forces de ressembler aux nobles d'autrefois (alors qu'il aurait plutôt le caractère d'un ecuyer ou d'un petit chevalier). Il ne sera pas rare de le voir imiter le style de certains serpentards...avec une maladresse certaine.

Pour finir, Cadfael est quelqu'un qui vit ses émotions à fond. Il est visiblement joyeux lorsqu'il se sent de bonne humeur, et peu très bien serrer les poings et donner des coups de pieds dans les murs si quelque chose le contrarie. Il a eu malgré tout une enfance dorée, choyée, protégé qu'il était par son statut d'héritier. Aussi n'a-t-il jamais eu besoin de cacher ce qu'il pensait ou ressentait.

Origine (au moins 3 lignes rédigées. Parlez de votre sang, de votre rang et de ce qui peut vous démarquer de vos camarades dans votre éducation) : Cadfael à une origine plutôt étrange. Il est né de l'héritier d'une famille de sang pure noble et très riche et d'une sang mêlée d'origines modeste. Son père n'avait d'ailleurs pas prévu cela et il fut conçu en dehors des liens de mariage même si ses parents se marièrent finalement assez tot pour "étouffer" le scandale. Il fut élevé en jeune sang pur mais son père ne put jamais le consédérer comme digne de prendre sa suite à cause de son quart de sang moldu. Sa mère est morte quand il avait 2 ans et il n'a aucun souvenir d'elle. Son père se remaria tout de suite et jusqu'à quelques semaines, il croyait que la femme de son père était sa mère. Il a un frère et une soeur avec qui il s'entend assez mal parce que ce sont les préférés de son père et sa 'mère'.


Qui êtes-vous ?

Animagus (si vous étiez un animagus, vous seriez ? NE VEUX PAS DIRE QUE VOUS EN SEREZ UN) Un aigle, parce que c'est le plus grand des rapaces, que rien ne l'arrête dans les cieux, qu'il voit loin et bien et que c'est le prédateur naturel des serpents (Cad n'aime pas les serpents)

Patronus (si vous aviez un patronus, ce serait ? NE VEUX PAS DIRE QUE VOUS MAITRISEZ CE SORT) Une licorne représentant l'amour de la pureté de Cad ainsi que le coté a la fois fragile et fort de celui-ci. L'équidé représente également son impulsivité et son coté indomptable (mais apprivoisable)

Epouvantard : Son père ou un serpent. Ou pire, son père ET un serpent.

Votre baguette (voir ici pour plus de détails. Personne n'a la même plume de phénix que Tom vu qu'il n'y en a que deux et que c'est Harry qui aura l'autre. De même pour Dumbledore.) Une baguette en Ajonc (chemins menant à un but (lié au dieu celte Lug) ), 24,9 cm, avec un ventricule de dragon, très souple.


Dernière édition par le Mer 10 Oct - 21:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cadfael Stark
°0°1ère Année°0°

°0°1ère Année°0°
avatar

Nombre de messages : 178
Age : 21
Message Personnel : Un jour je leur montrerais que moi aussi je sais me tenir comme un vrai sang pur !
Date d'inscription : 31/07/2007

MessageSujet: Re: Cadfael Stark - 1ère Année   Sam 18 Aoû - 8:05

Histoire (au moins 20 lignes rédigées)
Bonjour !

Je me présente, Cadfael Jon William Gynn ap Nudd Stark. Mais en fait appelez moi Cad. La seule raison pour laquelle j'aime donner mon nom complet c'est que je trouve assez drôle de voir vos réactions en l'entendant. J'ai tellement joué avec différentes combinaisons de mon nom que je crois que je répondrais à n'importe lequel des quatre.
Est-ce que l'on est notre nom ? Je me souviens m'être posé très sérieusement la questions a différents moments clef de ma vie. Cadfael signifie Prince Combattant en gallois. Je ne suis pas Prince et loin d'être un Combattant. J'ai un style de duel plutôt…particulier. Mais j'aime la sonorité et la signification de ce prénom. Je dirais qu'il représente mon idéal. Ce que j'aurais aimé être si j'avais pu. Jon est le prénom de mon grand-père moldu mais c'est également une orthographe différente du premier prénom de mon père et de mon demi-frère (que j'appelais Junior lorsque j'étais enfant). J'ignore à quoi pensaient mes géniteurs en me donnant celui-là. Peut-être à me rappeler qui j'étais. Un sang mêlé mais l'hériter des Gynn ap Nudd. William est le prénom de mon grand père paternel. Il représente la volonté et j'aime beaucoup sa musicalité même si je m'en sers rarement.
Mes noms de famille maintenant. Car j'en ai deux aussi curieux que cela puisse paraître. Stark, la force en allemand, est mon nom officiel. Et Gynn ap Nudd… mon titre. Pourtant ce n'est pas un nom porte bonheur. Gynn ap Nudd est la déesse galloise qui fait passer l'équivalent du Styx, le fleuve des morts.

Je vous arrête tout de suite, non, je ne suis pas gallois. Mon père est écossais et ma mère irlandaise. Les noms gallois sont une tradition venue du fond des ages. Il est probable que les Gynn ap Nudd aient imposé cette coutume de leur pays lors de la fusion avec les Stark d'Ecosse. Mais je vous épargne les détails. Ce genre d'histoire familiale est très compliqué et rarement intéressante. De toute façon moi je me considère comme anglais avec une légère tendance américaine. Je vous expliquerais plus tard.

Je suis né à l'aube d'un jour de printemps, en avril. Les domestiques disaient que j'avais marqué l'arriver des fleurs et que tout c'était couvert de verdure en une nuit. J'ignore si c'est vrai ou s'ils voulaient se faire bien voir mais j'aime cette idée.
Surtout qu'il n'y a rien de vraiment joyeux dans ma naissance. Ma mère, Mary Smith ne m'avait pas prévu, pas plus que mon père d'ailleurs. J'étais un accident comme cela arrive souvent pour les aînés.

Laissez moi vous parler un peu de mes parents, car je n'aurais pas le loisir de le faire par la suite. Ma mère naturelle, Mary Smith est née du mariage de la sorcière de sang pur, Ester Smith née Rosenberg, et de Jon Smith, reporter. Le seul portrait que j'aie jamais vu d'elle montre une petite femme, plus jeune que je ne le suis maintenant, aux longs cheveux blonds dorés comme les miens et aux yeux noisette. Je lui ressemble beaucoup, elle avait la même forme de visage que moi en plus fin, et elle était gauchère, ce dont j'ai hérité aussi. Tout ce que je sais d'elle c'était qu'elle était bien considérée dans le domestique bien que souvent triste et qu'elle avait fait ses études à Poufsouffle. Pour ma part, je n'en ai aucun souvenir.

Mon père par contre était quelqu'un de totalement différent. John James Brian Gynn ap Nudd, pour ne pas le nommer était le dernier rejeton de la famille Gynn ap Nudd. C'était un homme aux longs cheveux châtains qui prenaient des reflets roux lorsqu'il faisait beau et aux yeux verts et froids. Il ne m'a jamais montré une grande affection mais c'est longtemps battu pour que j'aie une éducation appropriée à mon statut d'héritier. S'il a échoué ce n'est pas de sa faute mais bien de la mienne. Je m'en souvient comme d'un homme dur et froid mais doté d'un très grand charisme et d'une prestance plus forte encore. Dans son ombre je n'ai jamais pu me sentir moi-même aussi ai-je passé mon enfance à l'éviter bien que j'ai toujours voulu lui ressembler.

Mon père était un homme de principe et ne s'attendait pas à avoir un sang mêlé pour héritier. Il n'avait jamais pensé que sa liaison avec la belle Mary aurait de telles conséquences mais lorsqu'elle tomba enceinte il du l'épouser. Rompre avec sa fiancée de toujours, Aidlin était moins scandaleux que d'avoir un bâtard. Il va s'en dire que s'il l'accueilli dans son château et lui donna les pouvoirs de châtelaine, mon père s'éloigna de ma mère et de moi autant qu'il le put. Ma mère, comme moi, était une femme sensible qui se laissait facilement emporter par ses sentiments. Elle aimait sincèrement mon père et ne survécu que deux ans à ce traitement. A peine le corps de ma mère porté en terre (dans un coin du cimetière familial, elle n'eut jamais sa place dans le caveau. Celui-ci ne contenait que des sangs purs. Un des avantages de mon impureté sera sans doute que je la rejoindrais dans notre petit coin de terre).
Père se maria ensuite avec Mère (je n'ai jamais réussi à la nommer autrement bien qu'elle ne ce soit jamais comporté comme une mère). Aidlin Jane Cléo Stark arriva donc au manoir avec ses cheveux noirs, ses yeux bruns et cette froideur brûlante que je prenais pour de la classe. Il paraît (toujours les domestiques) que notre première rencontre fut mémorable. Nouvellement arrivée elle voulu me mettre dans sa poche en me faisant un cadeau. Manque de chance, j'étais dans un de mes mauvais jours et je lui jetais le jouet sur le pied avec un 'nan' farouche. Rien ne pu me faire revenir sur ma décision. C'est un autre de mes traits de caractère. Quand je dis non, c'est non.

Mon frère naquit un an plus tard et mon éducation d'héritier commença. Je me souvient vaguement des leçons pour utiliser les couverts appropriés, les titres à utiliser et les leçons sur la pureté du sang. John William Brian Stark était pour moi un petit frère attendu et j'espérais beaucoup que quand il grandirait, on pourrait jouer ensemble. Je ne savais pas à l'époque qu'un véritable fossé nous séparait.
Aidlin nous interdit de jouer ensemble dès que nous fûmes assez grand pour comprendre ce que cela pouvait signifier. En fait, en y réfléchissant j'ai grandit un peu comme un fils unique. Mon frère et ma sœur ne l'ont jamais été que de nom. Bien sûr je n'avais spécialement envie d'obéir à Mère mais mon père nous avez imposé la même règle et lui je lui obéissait toujours.
Ma sœur a propos, est née trois ans après mon frère. L'année de mes six ans. Elle fut pour moi le symbole de ma déchéance. Je vais vous dire pourquoi.

Elle avait un an et pleurait de toutes ses forces. En ce début de soirée d'hiver, les enfants jouaient dans la salle à manger sous la surveillance de la bonne (qui n'a jamais eu d'autre nom que 'la bonne'). J'étais malade. Oh, rien de grave, de la fièvre, une jolie migraine, vaguement mal à la gorge. Le virus de base quoi. Mais en petit garçon doté d'une santé solide, je détestais cet état de fait et rien que l'idée d'être malade m'énervait. Alors ne parlez même pas d'un nourrisson poussant des cris stridents pendant vingt bonnes minutes sans se calmer. Je sentis la colère monter en moi et ma sœur se retrouva soudain sur les bois de la tête de cervidé qui décorait les murs. Ses vêtements se soudèrent au bois et il fallu les découper pour descendre la petite fille. Même la magie de mon père ne pu rien faire. J'avais découvert que j'étais un sorcier.
Une curieuse période de ma vie commença alors. Pour commencer je fus puni. Plus sévèrement que je ne l'avais jamais été puisque je fus condamné à faire le travail d'un elfe de maison pendant une semaine, recevant les ordres de tout le personnel et ravalé au rang de chose. C'est depuis ce jour que bien que je ne les apprécie pas, je n'ai que rarement un mot de colère contre mes elfes. Je les laisse plus ou moins se gérer tout seuls en fait.
Je n'ai jamais été quelqu'un de mesquin ou de bas mais avec l'apparition de ma magie on s'aperçu très vite que malgré ma bonne humeur et mes rires habituels, j'étais plus ou moins constamment en colère. Les choses avaient la mauvaise habitude de se coller sur mon passage. Curieux quand on pense que les premiers sorts sont souvent destructeurs ou défensifs. Les miens au contraire étaient bien plus vicieux. Lorsqu'on s'en rendait compte, j'étais déjà loin. Les victimes de mes plaisanteries étaient surtout mes cadets que la préférence affichée de mes parents rendaient difficiles à vivre. Je n'ai d'ailleurs que tardivement comprit le pourquoi de cette différence.
Je continuais toutefois ma vie de petit prince. N'allez surtout pas croire que j'étais malheureux ou maltraité. J'étais l'héritier d'un titre plus vieux que le monde, recevait des cours de danse, de maintient, de protocole, d'écriture et de lecture, j'avais à peu près tout ce que je désirais, excepté une vraie famille.
Une nuit, peu avant mes onze ans arriva une chouette avec une lettre cachetée de vert dans le bec. Mon inscription à Poudlard avait bien été validée. Je ne pu dormir cette nuit et j'allais dès l'aube réveiller mon père pour lui montrer fièrement que son fils allait devenir un grand sorcier.

Drôle de journée que ce vendredi 16 avril. Mon père me convoqua dans son bureau dans la matinée. C'était la première fois que je passais la porte de cette pièce. Mon cœur battait la chamade mais je me posais plein de questions. Pourquoi Père ne me félicitait pas devant tout le monde pour une fois. Je l'avais mérité non ?
J'entrais donc, m'arrêtait sur le seuil de ce qui allait devenir plus tard la bibliothèque, impressionné par tous les livres que je voyais ici. J'ai toujours aimé les livres car ils ne m'ont jamais mentit. Je saluais mon père comme on me l'avait apprit et attendit impatiemment qu'il prenne la parole. Son regard pour une fois n'était pas froid mais inquiet. Il commença à me raconter l'histoire de Poudlard et plus particulièrement de Salazard Serpentard et de sa maison. J'avais déjà entendu tout ça une bonne vingtaine de fois et ne comprit pas pourquoi il insistait tellement. Ingénument, je lui demandais pourquoi il me disait ça. Notre famille avait toujours été à Serpentard et c'est sûrement là que j'irais non ?

Et bien non. Père m'apprit que Mère n'était pas ma mère, que Junior et Jane n'étaient pas vraiment mes frangins et que, de plus, mon sang n'était pas pur. Il m'expliqua qu'il pensait qu'en me cachant la vérité je deviendrait digne de mon rang mais que ma maudite mère naturelle, Mary, m'avait transmit toute sa pollution et qu'il était clair maintenant que je ne serais jamais un bon Stark. Néanmoins je devais faire de mon mieux pour faire honneur à ma famille à Poudlard et surtout à ne pas lui faire honte.
Je fus anéantit par cette nouvelle. Toute ma vie on m'avait apprit à mépriser les moldus et voilà que mon grand père en était un !
Il me fallu rien de moins que mon anniversaire pour me remettre. Je refusais de partager mon gâteau avec ma belle famille, me disputait avec mon père et remontait dans ma chambre avec une part et mes cadeaux.

A Poudlard

Votre première manifestation de magie (pas avant 6 ans, seulement pour les premières années) Cadfael avait sept ans et ne montrait toujours aucun signe de magie reconnaissable. Oh, il se passait bien des trucs étranges lorsqu'il était blessé ou en colère mais rien de convaincant. Jusqu'à un certain soir. Cadfael était malade. Rien de grave mais de la fièvre, une grosse migraine et de la fatigue. Or ce soir là la petite soeur de Cad âgée alors d'un peu plus d'un an faisait ses dents et pleurait sans discontinuer. Sans savoir ce qu'il faisait et pour la punir de lui faire mal au crâne, lepetit garcon envoya sa jeune soeur sur les bois de la tête de cerf de la salle à manger où les enfants jouaient, et y 'colla' ses vêtements tant et si bien que pour descendre l'enfant, on dut couper le tissu qui est toujours fixé aux bois.

Animal de compagnie (Crapaud, Chat ou Hibou seulement) aucun. Il n'a pas la patience pour s'occuper d'une bestiole.

Maisons par ordre de préférence (c'est le choixpeau qui choisit, tout le monde ne pourra pas être exaucé) :
Ce que la joueuse désire : Gryffondor, Serdaigle, Poufsouffle, Serpentard
Ce que Cadfael désire : Serpentard, Poufsouffle, Serdaigle, Gryffondor
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Cadfael Stark - 1ère Année
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Règlement et Inscriptions [Année 96-97]
» Inscription Cours n°1 - [1ère année ; 5ème année]
» COURS : Histoire de la magie ? (1ère année - 6e cours de l'année)
» Narcissa Rosier
» Régulus Rubiguivre (serdy)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Chambre Noire :: Registre :: Fiches validées :: Elèves-
Sauter vers: