FAQAccueilS'enregistrerMembresConnexionRechercherGroupes

Partagez | 
 

 La vie est-elle si terrible? [Galatea ^^]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elfriede Ichabod
°0°Professeur de Sortilèges°0°

°0°Professeur de Sortilèges°0°


Nombre de messages : 24
Age : 25
Date d'inscription : 25/10/2007

MessageSujet: La vie est-elle si terrible? [Galatea ^^]   Jeu 31 Jan - 17:24

Etait-ce si terrible, de vivre? Voyaient-ils cela comme une punition? Cette guerre, accompagnée de la Faucheuse, comme une délivrance à tous les maux existants sur cette bonne vieille Terre? A en croire leur lettre, oui, pensa Elfriede, non sans une moue agacée, et inquiète. Une lettre, oui. Reçue ce matin-même, à six heures vingt-trois précise, que ses cousins lui avaient écrite. Ils étaient tout deux allemands, naturellement, et vivaient toujours en Germanie. Enfin... "vivait". Pour les paraphaser, en temps de guerre, on ne pouvait qu'espérer survivre, et non vivre. Soit. La journée commençait bien pour la professeur de Sortillège qui, quelque peu horrifiée, découvrait que, soldats, l'un d'eux avait frôlé la mort, et l'autre n'en menait pas large.

Sous leurs écrits, elle voyait l'horreur du quotidien des pions de Grindelwald. On leur avait enseigné que cette boucherie n'était que justice, que c'était pour le bien de tous et qu'après, les sorciers n'auraient plus à se cacher, que l'Allemagne vivrait bien, respirerait à pleins poumons... Elfriede en était sans voix de découvrir, derrière leurs mots, qu'ils y croyaient un minimum. Merlin, c'était le comble! Ses cousins, sa famille! Non qu'elle leur en veuille, mais elle ne pouvait que déplorer le fait que l'on puisse vouloir quelque chose d'aussi pernicieux qu'une guerre. Peut-être que le froid des tranchés, et la puanteur mortuaire y régnant, qu'ils décrivaient avec dégoût, les feraient-elles réfléchir? C'était la seule chose que la jeune femme pouvait espérer, après les voir survivre. Ils avaient un bon fond, savez-vous? C'étaient des hommes gentils, attentionnés,... c'était sa famille, bon Dieu! Sa famille! Pourquoi fallait-il qu'elle soit tiraillée ainsi, entre deux idéaux, entre deux patrie, hein? Pourquoi elle?...

"Liebe Elfriede..." Ils ne lui en voulaient pas, de vivre en Angleterre, d'enseigner à Poudlard; au contraire, c'était pour eux honorifiques, de l'avoir comme proche parente. Heureusement, ils ne lui avaient pas demandé son avis sur la guerre, sur Grindelwald, et le reste; ils auraient été déçus. "Hier ist das Wetter kalt und schlecht. Wir haben grössent Mantel, aber nicht genug warm, weisst du? Es regnet immer stärker und wir kämpfen mit den Füssen im Wasser! Pech!" Un mince sourire s'esquissa sur les lèvres tremblantes de la jeune femme. La guerre, elle l'avait toujours fuie. Elle refusait d'en parler, évitait la question lorsqu'on lui la posait. Après tout, elle était Allemande avant tout. Si certains se montreraient tolérant, la comprendraient, d'autres la démoliraient sur place, outrés d'un tel affront. Et elle recevait des lettres, de ses cousins, soldats, de ses cousines, angoissées à la maison ou occupant malgré elle -vraiment?- des hauts postes au sein de l'Allemagne de Grindelwald... Ils voulaient la revoir, et l'avaient même menacée de venir en personne à Poudlard, si ce n'était pas elle qui les rejoignaient. Cet été, elle était retournée dans sa partie natale, pour son plus grand plaisir, mais au fond, n'en avait été que plus bouleversée, la nostalgie ne la quittant jamais vraiment. C'était une douce nostalgie, cependant. Pas une tristesse dévorante, destinée uniquement à sa propre souffrance. Non, une sorte de médicament à la mémoire, l'obligeant à ne pas oublier qui elle était, à rester elle-même, et à ne pas se calquer sur les désirs des autres...

"Dein Gesicht fehlt uns so viel!" Eux aussi, ils lui manquaient. Mais elle se forçait à ne pas trop y penser, et à se les imaginer heureux, bons vivants, ou survivants, si ça pouvaient leur faire plaisir. A chaque lettre, cependant, ce petit plaisir disparaissait, car il y avait toujours une ou deux lignes mélancoliques, glissées ci et là. Ils restaient optimistes, cependant, et lui assuraient qu'une fois la guerre gagnée -ils n'en doutaient donc pas?-, ils pourraient lui offrir une place de choix dans la nouvelle Allemagne.

Mais comment serait-elle, cette Allemagne? Qu'ils gagnent ou non, qu'est-ce que ça changerait, hein? Ils y auraient toujours des centaines et des centaines de milliers de morts, innocents ou non, derrière eux. Ce serait ça, cette Allemagne de rêve? Qui avait-il comme rêve, dans une guerre, franchement? Y avait-il une quelconque satisfaction, à tuer un ennemi sans nom et sans visage, si ce n'était celui que les hauts gradés décrivaient, sans rien en savoir?... Non, hors de question qu'elle cautionne jamais quoi que ce soit s'en rapprochant. Mais pourrait-elle jamais aller contre sa famille dont elle restait, malgré la distance, extrêmement proche?

Pensant à tout cela, ses quelques pages de lettres en mains, Elfriede s'arrêta dans sa course lente et vertigineuse, se posant sur un petit banc, sous une fenêtre offrant une vue splendide sur le parc du château. Personne ne savait qu'elle n'était qu'une moitié d'Anglaise, et bel et bien de la patrie de l'ennemi. On ne l'aurait pas engagée sinon, pensez bien! Elle aurait cependant bien voulu pouvoir en parler, braver les interdits avec classe et volupté, comme elle l'avait toujours fait. Le silence avait, certes, quelque chose de réconfortant, mais il commençait peu à peu à la ronger...

Hj: Galatea réussira-t-elle à se montrer... gentille?mrgreen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galatea Merrythought



Nombre de messages : 6
Age : 96
Date d'inscription : 28/12/2007

MessageSujet: Re: La vie est-elle si terrible? [Galatea ^^]   Sam 16 Fév - 20:14

"Miss Bolton? Miss Bolton! Ou est-elle passé avec mon thé? Elle s'est évanoui avec?"

Le professeur Merrythought tourna la tête vers les deux septième année tirée à quatre épingles qui se regardèrent avec un air horrifié et se levèrent comme une seule femme.

"Nous pourrions aller vous en chercher, Madame, proposèrent-elle en cœur."

Le sourcil du professeur se leva avec une moue de condescendance parfaite, s'appuyant doucement sur la table du bout des doigts elle se pencha délicatement vers les deux élèves dans une attitude toute parfaite.

"Et bien que faites vous encore ici? "

Elle eurent un hoquet terrifié et dans un mouvement de détresse se précipitèrent vers la petite chaire qui menait au bureau du professeur sous le regard blasé de cette dernière qui soupira. Mademoiselle Bolton qui était une grande brune charmante ouvrit la porte échevelée un plateau en main et manqua bien de se faire renverser par ses camarades. Elle descendit les escaliers d'un pas aussi rapide que possible et déposa le café devant le professeur qui la regarda par dessus ses grosses lunettes.

"Pardon professeur mais...
_Les détails de votre parfaite incompétence ne m'intéresse guère...
_Mais professeur!...
_C'est tout."

Dépitée la jeune femme regarda ses camarades qui haussèrent les épaules d'un air désolé avant que Galatea ne se lève et qu'elles ne lui emboite le pas d'un air affolé.

"Rapellez à Monsieur Conelly que j'attends son devoir sur mon bureau pour demain au plus tard. Oh et si le hibou de mon mari arrive pendant mon absence assurez vous que le message soit son mon bureau et donnez lui un morceau de viande."

Elle se retourna vers elles, les dévisageant froidement.

"Et n'oubliez pas de fermer la porte après votre départ... Vous m'avez déçu la dernière fois, dit elle dans un soupir faussement contrit. Mais après tout s'il s'avère que votre avenir n'a que peu d'intérêt pour vous..."


Les deux jeunes femmes hochèrent de la tête en cœur alors que le professeur s'éloignait dans le couloir sur un regard de dédain, d'un pas mesuré et sophistiqué. Remontant ses gants sur ses poignets, elle survola les quelques marches jusqu'au rez-de-chaussé en observant les élèves qui passaient à porté de son regard, corrigeant sèchement leur tenue d'un coup de baguette si ça s'avérait nécessaire.
Puis empruntant l'allée bordant la cour, elle aperçut le professeur Ichabod assise, dans un couloir contigu, les épaules voutées, le regard perdu dans ses pensées. A quoi pensait-elle à se tenir ainsi devant les élèves! Une guenon en corset aurait meilleure allure. Elle s'approcha du professeur d'un pas sec.

"Redressez vous, professeur, dit elle en guise d'introduction. Vous n'êtes pas dans votre bureau."

Elle n'avait pas parlé suffisamment fort pour que les élèves entendre, voir un professeur se faire remonter les bretelles par un collègue aurait nuit à l'autorité du corps enseignant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://angara.frbb.net
Elfriede Ichabod
°0°Professeur de Sortilèges°0°

°0°Professeur de Sortilèges°0°


Nombre de messages : 24
Age : 25
Date d'inscription : 25/10/2007

MessageSujet: Re: La vie est-elle si terrible? [Galatea ^^]   Dim 17 Fév - 23:44

Hj: « les détails de votre parfaite incompétence » ... c'est pas une réplique de Meryl Streep dans « le Diable s'habille en Prada », ça?^^

Une guenon en corset, bien qu'ayant peut-être meilleure allure, n'aurait en aucun cas les préoccupations de la jeune Ichabod; comme quoi, si Dieu existait, il se montrait clément envers certains. Elfriede ne devait visiblement pas faire partie de ces derniers. Oh, non qu'elle s'en plaigne -elle ne se plaignait jamais, du moins, pas en public-, ou qu'elle ne cherche à déporter une quelconque faute sur une éventuelle présence divine, seulement, avoir l'esprit un peu plus tranquille ne lui ferait pas de mal. D'après la charmante remarque que Galatea venait de lui faire, elle avait aussi fière allure que ses pensées...

Si Merrythought avait, il y avait de ça un certain temps déjà, été la professeur de l'Allemande, elle ne l'était plus, à présent. Certes, Elfriede la voyait, encore maintenant, comme une sorte de modèle, un idéal à atteindre, mais cela ne changeait rien au fait qu'elle était elle-même professeur, et que ses études poudlariennes étaient révolues depuis, lui semblait-il, belle lurette. Enfin... N'en perdant pas pour autant son calme légendaire, elle leva tranquillement son regard vers Galatea. Etonnament, elle n'avait pas l'oeil brillant de malice, l'intelligence y dansant, comme à son habitude. Son iris était sombre, terne... mélancolique, peut-être? Elle tâchait de ne pas trop le montrer, au moins.

« Et vous, vous n'êtes plus ma professeur, Galatea. Mais bonjour, quand même. »

Cinglante? Non. Elle n'avait simplement pas envie de se faire remonter les bretelles par quiconque, aujourd'hui. Tout en elle reflettait bien le malaise qu'elle éprouvait à chaque lettre envoyée par sa famille; Galatea ne voyait-elle rien? Ou était-ce simplement là sa façon de la saluer? Obéissant presque malgré elle, Elfriede se redressa, quittant son siège pour faire face à Merrythought, un vague sourire -un peu forcé- aux lèvres.

« C'est gentil de vous soucier de l'image du corps professoral, cependant. Je suis sûre que Dippet appréciera... »

Un pincement de lèvres, un petit regard d'un trouble contagieux jeté au hasard à la fenêtre. Comme pour s'accorder à la tempête qui avait lieu sous le crâne de la jeune femme, dehors régnait un temps gris, maussade. Peut-être même allait-il pleuvoir? Ce ne serait qu'un événement de plus, avec cette bise... Se tournant à nouveau vers la professeur de Défence Contre les Forces du Mal, Elfriede tâchait de ne pas perdre le peu d'assurance qu'elle avait encore, ajoutant d'une voix -presque- tranquille:

« Vous allez bien? La nouvelle volée d'élèves vous semble-t-elle prometteuse? »

Elle parlait d'un ton poli, riant intérieurement à l'idée que, contrairement à d'autres, elle n'avait jamais dû paraître « prometteuse » à Merrythought. Bon, elle ne lui avait jamais demandé, et donc, ne pouvait appuyer une quelconque certitude à ce sujet, mais... non. Elle avait fait trop de bêtises à Poudlard pour avoir droit à tant d'estime, non? Quoi que... Ses bêtises étaient de loin les plus magnifiques, mêlant culot et ingénieurie avec un certain panache.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La vie est-elle si terrible? [Galatea ^^]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La vie est-elle si terrible? [Galatea ^^]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Veut voir Abdel mais tomber sur Nirina (Pv elle)
» La «frontière» est-elle carrément fermée entre Haïtiens et Dominicains même au Q
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» L'armée d'Haïti est-elle soluble dans la démocratie ?
» Elle est admirable cette haitienne.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Poudlard - Intérieur :: Lieux Publics :: Couloirs et Escaliers-
Sauter vers: